septembre 21

Gymnastique, oui, mais raisonnée…

Il faut « gymnastiquer » !

C’est indiscutable : quel que soit le service auquel nous destinions notre cheval, celui-ci devra être « gymnastiqué » afin qu’il puisse y répondre dans les meilleures conditions. Du point de vue du cavalier, il s’agit de rendre ce cheval « facile et agréable à monter » ; du point de vue du cheval, on cherche une mise en condition physique qui le préserve dans la longévité. Pour ce qui est des objectifs fondamentaux, je ne peux que citer le général L’Hotte : « le cheval doit être droit sur la ligne droite, et incurvé sur la ligne courbe qu’il parcourt ».

Lire plus

Catégorie : technique | Commenter
septembre 19

Equitation… ou pas !

Monter à cheval, ou ….prendre ses responsabilités !

Monter à cheval est avant tout une affaire de « pratique », c’est indiscutable! Mais… Comme toute activité d’ordre pratique, de solides connaissances d’ordre théorique s’avèrent indispensables, et en priorité une bonne compréhension du cheval. Ce n’est pas d’aujourd’hui qu’il faille le rappeler, il me semble que de la Guérinière expose ce fait au milieu du 18ème dans son traité « Ecole de Cavalerie ». Pour devenir un bon Homme de cheval, il faut aller à l’école (académie) pour y acquérir des connaissances théoriques et pratiques. Lire plus

Catégorie : infos | Commenter
septembre 12

Et l’Art équestre dans tout ça !

Dérives de l’extrémisme

Ce billet vient en réaction à des faits récents où tout le monde peut dénigrer tout le monde, bien campé sur ses positions, pouvant aller jusqu’à tenir des propos nominatifs diffamatoires et qui plus est diffusés sur « le net »…

Habituellement, je n’aurais pas « levé le nez » car relever ce genre de pratique donne une certaine importance à son instigateur qui n’en vaut pas forcément la peine. Il me semble que « manifester de l’indifférence » est plus approprié, laissant ces pratiques là où elles doivent rester… Je passe donc sur la forme, mais le fond fait se poser quelques questions et « remettre » des pendules à l’heure, ce qui est la raison principale de ce billet. Lire plus

Catégorie : infos | Commenter
août 15

De la relation homme/cheval naît l’équitation

Un constat s’impose : ce qui est enseigné d’un point de vue général ne répond pas aux attentes.

Par une forme de démocratisation de l’équitation, son enseignement s’est vu adapté aux exigences des clients … faisant que cette démocratisation s’apparente à une « massification » (à ce sujet, il est intéressant de consulter la communication de Jean-Pierre Digard). Au revoir les notions « d’homme de cheval »; quant à notre identité culturelle équestre, pas la peine de s’y attarder, les Anciens n’étaient que des barbares considérant leurs chevaux comme des outils, moyens de locomotion, armes, etc…, bref, n’en avaient pas fait des animaux de compagnie ! Pourtant, une expression leur survit : « pour aller loin, il faut savoir ménager sa monture ». Avec tout ce que cela comporte, vu les nombreux services auxquels les chevaux étaient destinés. Lire plus

août 6

Décontracter … encore…

RELÂCHEMENT

La poursuite des « investigations » sur les manipulations de la nuque et de l’encolure ouvre une voie sur le relâchement du cheval. Après ces manip, il s’avère que la locomotion paraît plus souple, plus flexible, dans des cadences pus lentes et plus amples.
En ce qui concerne la mobilisation de la nuque et de l’encolure, il s’agit de s’assurer que chaque articulation se mobilise, en partant de la nuque jusqu’aux cervicales basses, sans ressentir la moindre résistance, la moindre contraction qui, s’il devait s’en produire, ne doivent pas être « réduites » par un effet de force, une opposition, mais simplement en attendant que le cheval se livre de lui-même, qu’il participe au mouvement. Il en va de même pour les mobilisations : pour qu’elles soient efficaces, le cheval va avec le mouvement qui lui est proposé, aucune opposition ne doit être ressentie.
Après ce genre de manipulation, on s’aperçoit que la bouche se mobilise, est « acceptante » de la moindre indication de la main sans qu’elle n’ait eu à agir dessus directement. La question est de se demander si cette « obéissance » à la main correspond à ce que Baucher obtient par demi-arrêt et/ou vibration. Toujours est-il que dans cet état de décontraction, le cheval est flexible par sa locomotion, et « malléable », perméable aux aides tout en étant en équilibre au sens de n’avoir besoin d’aucun soutien ni de la main, ni des jambes, sans que cet état de décontraction n’ait altéré en quoi que ce soit la qualité de l’impulsion ; je constate même que cette qualité d’impulsion augmente avec le degré de décontraction…

Resis, flexion de nuque et d'encolure

Vidéo : Manipulation de la nuque et de l’encolure